Les Chevaleresses

Claudia BOUCHER

LES CHEVALERESSES

Soumise à son seigneur et maître la femme au Moyen Âge ?
Que nenni. Nombre d'entre elles ont été bien au-delà
des limites imposées par la société féodale comme
le décrit cet ouvrage qui vous éclairera.

Éditions Maçonniques © 2017

Retour a la page : Templiers

Si la chevalerie est par essence masculine, il a bien existé une « chevalerie des dames ».

C’est ce que Claudia BOUCHER tente de démontrer en reprenant des textes anciens, parfois plus récents, portant sur vingt-cinq ordres mixtes ou réservés aux femmes.

En faisant toutefois remarquer que l’adoubement ou l’armement ne furent, autrefois, jamais conférés à des femmes, comme en témoigne encore aujourd’hui, en Grande-Bretagne, la pratique des « ordres de la reine ».

Et que si le terme de « Chevaleresse ou Chevalière » peut parfois leur être appliqué, il ne faut pas se méprendre et décliner au féminin la qualité de chevalier adoubé.

Mais les femmes eurent leurs ordres de « Chevalerie », qu’il s’agisse de religieuses des grands ordres médiévaux (Saint-Jean de Jérusalem, Saint-Sépulcre…), d’ordres ou congrégations exigeant de leurs membres des obligations religieuses (ordre de la Croix de l’Etoile…) ou d’ordres honorifiques créés par des princesses pour honorer les personnes de leur sexe (ordre de la Cordelière, de l’Amarante…).

Ainsi, en révélant cette « chevalerie des dames » et ce, en dehors de tout excès de romantisme dont l’illustration de couverture est le parfait exemple, l’auteur veut montrer que les femmes n’ont pas été ignorées par la chevalerie médiévale et d’Ancien Régime, mais qu’elles en ont relevé tout en gardant leur spécificité et leurs qualités propres.

Vous pourriez aussi aimer..

Apologie des Francs-Maçons

Le Cléricat Templier coiffa pendant six ans la branche chevaleresque de la Stricte Observance templière 

Auteur : Johann August Starck

Éditions Maçonniques © 2009

ISBN : 978-2-35213-100-7 - Référence : 9782352131007